Fermer

La protection de la forêt s'organise au Pérou

En amont du fleuve Alto Huayabamba où ils développement le programme de reforestation du même nom, les producteurs et ingénieurs de la coopérative ACOPAGRO travaillent depuis le mois d’avril sur la mise en place du projet de conservation de la réserve Martin Sagrado.

Les relevés techniques ont permis d’élaborer différentes cartes de la zone (altitude, climat, sols, végétation, pluviométrie…) et d’obtenir en juillet la concession officielle de la réserve. En août et septembre, un inventaire biologique (faune, flore, réserves d’eau) a été réalisé pour mieux connaître et ainsi mieux protéger les différents écosystèmes qui concernent les 270 000 hectares de forêt (de 300m à 3500m d’altitude).

La prochaine étape concerne la validation des activités économiques, sociales et environnementales qui seront développées dans le cadre du développement du projet REDD. Grâce à ce mécanisme, qui permet de valoriser la déforestation évitée et le stockage de carbone qui en résulte, la coopérative se crée une source de revenus à long terme pour gérer durablement la forêt et les ressources naturelles de la zone. Conseils juridiques, formations, éco-tourisme ou encore jardins botaniques expérimentaux sont autant d’activités proposées pour préserver la zone tout en développant des activités pérennes bénéfiques aux membres de la coopérative, mais aussi plus largement à l’ensemble des populations environnantes.

Avec ce projet, développé en complémentarité du projet de reforestation Alto Huayabamba, les producteurs d’ACOPAGRO sont un exemple pour l’intégration des organisations de petits producteurs dans les mécanismes de développement propre. Par leurs pratiques agro-écologiques, biologiques non-mécanisées, et leur vision d’une agriculture insérée au cœur de la préservation de la nature et de la biodiversité, les petits producteurs sont en effet les plus à même de lutter efficacement contre le changement climatique. L’avantage de leur intégration va plus loin, on assure le Développement Humain de populations parmi les plus pauvres et de multiples co-bénéfices, sur la biodiversité, les ressources en eau ou la valorisation des terres. Elle permet aussi d’élargir les enjeux du carbone au-delà de l’atténuation dans le secteur industriel car il s’agit de projets carbone à très forte valeur ajoutée sociale et d’une qualité environnementale supérieure à la moyenne des projets carbone observés. Une forme de carbone équitable, de qualité supérieure.

 

2 commentaires

  1. bouhedli says:

    Excellent article merci et bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer