Fermer

Préserver les forêts pour se développer

Depuis la conférence de Cancun, on assiste dans les pays en Développement qui devraient bénéficier d’aides internationales pour mieux préserver leurs forêts, à la mise en place de coordinations régionales et nationales pour prendre en main la question de la gestion des forêts, en particulier via le mécanisme REDD (Reduced Emissions from Deforestation and Degradation). Cette effervescence relance aussi la convoitise des acteurs privés (compagnies pétrolières et minières, construction de barrages, entreprises forestières, agro-industries) qui cherchent à préserver leurs intérêts et continuer à grignoter un peu plus la forêt.

C’est une période très intéressante et un moment clé, pour aider au changement de vision et de pratiques vis-à-vis des forêts. Les forêts ne sont pas un obstacle au développement, elles sont un actif et un atout pour le développement durable des pays et des populations. Une forêt peut être bien plus productive et rentable à long terme si elle est bien préservée et valorisée, plutôt que rasée pour développer des cultures intensives dont les rendements vont rapidement décroitre. C’est le moment de faire basculer les pratiques conventionnelles court-termistes vers la gestion durable des territoires, via des pratiques agro-forestières et agro-écologiques aux multiples bénéfices pour l’Homme et la Planète. C’est aussi notre responsabilité vis-à-vis des générations futures.

C’est sur cette voie que Pur Projet est engagé, avec les populations locales, en prouvant que les cultures agricoles bénéficient directement de la forêt et de pratiques agro-forestières durables. La forêt est une immense réserve d’eau, de biodiversité, de carbone mais aussi de ressources économiques à long terme pour les populations qui l’habitent. Sur le terrain, on a l’impression d’être sur un véritable champ de bataille où deux visions s’affrontent. Prouver que miser sur la forêt est aussi la meilleure option économique à long terme pour les populations, est à nos yeux l’argument qui peut le mieux contrer les dévoreurs de forêts et convaincre les autorités publiques et les populations locales de s’engager pour la forêt. C’est le modèle que nous défendons collectivement grâce à votre soutien aux communautés de producteurs agricoles engagés dans les purs projets. En leur nom, merci de votre participation.

2 commentaires

  1. Cédric G. says:

    C’est courageux d’agir à contre-courant des contraintes qui régissent les choix qui sont souvent encore fait (« court-termistes »).
    Mais constater que ça marche, constater que le bras de fer n’est perdu que lorsqu’il n’est pas engagé, ne fait que me persuader que c’est la voie à suivre pour mener une vie pleine de sens.
    Merci !

  2. Effectivement opposer les genres n’a jamais été constructif! Nos réalités nécessitent une capacité à agir dans le compromis avec le respect des valeurs de chacun et en preservant le cap, le sens. Vos réussites prouvent que ce n’est pas la difficulté qui fait que nous n’osons pas mais c’est pcq nous n’osons pas que c’est difficile (d’un certain Seneque…) alors merci d’oser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer