Fermer

Au Pérou, création du Consortium San Martin Verde

Les derniers voyages ont été très riches car nous avons entériné la création du consortium San Martin Verde pour préserver 1 million d’hectares, dont les 270 000 ha du projet Martin Sagrado. Le projet du Consortium est soutenu depuis le début par le Gouverneur de la Province, très visionnaire et engagé (le logo de son parti est un arbre!), ainsi que par le Ministre de l’Agriculture, lui aussi très engagé et fervent défenseur de l’agriculture biologique et de l’agro-foresterie. L’idée est de regrouper les différentes initiatives régionales engagées dans des projets de reforestation et de préservation de la forêt, pour avoir plus d’impact, coordonner les efforts et valoriser les bonnes pratiques. Avec les coopératives ACOPAGRO et ORO VERDE, l’association locale AMPA, les communautés Dos de Mayo et Huicungo, et le Parc National Abiseo se joignent au consortium San Martin Verde, qui devient ainsi un ambitieux projet de préservation forestière au niveau régional.

Ce million d’hectares représente grosso modo ce qui reste de forêts dans l’état de San Martin, l’un des plus déforestés du Pérou. C’est donc tout un symbole de le préserver et de faire de San Martin un modèle de développement agro-écologique. San Martin était l’Etat principal producteur de coca et de base de cocaïne au Pérou dans les années 1980. La coca a été éradiquée, un vrai succès, appelé « le modèle San Martin » observé à travers le Monde. Faire de cette région à nouveau un modèle en terme de conservation forestière communautaire combinée avec les techniques agro-forestières et agro-écologiques, et en montrant le lien avec l’eau, l’agriculture, la biodiversité et le développement socio-économique est un ambitieux projet de développement collectif.

Les activités sur place sont organisées par Roldan, qui coordonne les initiatives des différents groupes. Des ateliers de sensibilisation et de travail sont organisés avec les communautés et les organisations locales pour définir les objectifs et les budgets associés à chaque projet. On peut citer par exemple la rénovation des embarcations sur le fleuve Alto Huayabamba, la construction d’une auberge / centre de recherche en pleine forêt, la mise en place d’un jardin botanique avec l’association des producteurs de Santa Rosa pour préserver les différentes essences et les plantes médicinales, le développement de pépinières fonctionnant grâce à l’énergie solaire au sein de la communauté de Pucalpillo… Un registre des activités sera créé annuellement pour répertorier toutes les activités et permettre aux entreprises partenaires de suivre les différents projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer