Fermer

La Fondation Louis Dreyfus soutient la micro-agriculture

« L’agriculture est le premier métier de l’homme ; c’est le plus honnête, le plus utile et par conséquent le plus noble qu’il puisse exercer. » Jean-Jacques Rousseau

En Thaïlande, en Indonésie et en Ethiopie, la Fondation Louis Dreyfus s’est engagée aux côtés de Pur Projet à soutenir le développement et l’expérimentation de systèmes agricoles innovants visant à produire une alimentation complète sur une petite surface.

En Thaïlande par exemple, ce sont les méthodes production de riz en SRI (Système de Riziculture Intensif où le riz pousse dans un sol partiellement asséché), en agroforesterie (arbres plantés autour des rizières) et des activités d’auto-suffisance (maraîchage, élevage, production de biogaz, d’engrais…) qui ont été expérimentées à Surin et Chiang Mai en 2013.

En 2014, l’expérimentation continue et s’y ajoutent deux modèles en provenance du Japon:

l’agriculture naturelle (agriculture sauvage) basée sur quatre principes fondamentaux : pas de labour, pas d’engrais, pas de sarclage et pas de pesticide.
Selon Masanobu Fukuoka, la nature, dans son infinie complexité, fournit tous les outils nécessaires à une production agricole riche sans que l’homme ne soit obligé de faire quoi que ce soit de contraire au fonctionnement naturel des produits cultivés. Ses observations et expériences sur des champs de riz et des vergers du sud du Japon ont montré qu’il parvenait à obtenir des rendements égaux ou supérieurs à ceux de l’agriculture moderne ou dite scientifique.

l’association de la riziculture et de l’élevage des canards (Takao Furuno), qui permettrait d’accroître les rendements de 20 à 50 % ou plus, dès la première année. La clef du succès, ce sont les canards lâchés dans les rizières peu après les semis. Les semis ont trop de silice, ils n’intéressent pas les canetons, et qui mangent les insectes parasites, les graines et les jeunes pousses des mauvaises herbes, utilisant leurs pattes pour les déterrer, oxygénant ainsi l’eau et contribuant à une croissance plus vigoureuse du riz. Les oeufs et

Tous les résultats de ces pratiques seront suivis dans le temps (intrants et production / hectare, impact sur les revenus des producteurs, qualité environnementale de l’exploitation…) et comparés aux méthodes de culture traditionnelle afin de prouver la validité des modèles.

Le rapport d’activité de la Fondation sera en ligne ce mois-ci sur son site internet: lien

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer