Fermer

Rencontre avec Don Kenide, à Ufufu, en Colombie

Par Maxime Couasse, coordinateur PUR Projet en Amérique Latine

C’est ma première mission de terrain dans le département de Cauca en Colombie, et je découvre, depuis le hublot de l’avion des paysages époustouflants: au sud le Puracé, un volcan de 4650 mètres d’altitude,  des petites plantations de café familiales, mais aussi d’énormes surfaces de forêt mono-spécifique.

A Rosas, je retrouve Diana Rendon, une remuante technicienne de la Federación Nacional de Cafeteros de Colombia (FNC) dédiée au projet agroforestier mis en place avec l’aide de PUR Projet. La route est sinueuse mais ce n’est rien comparé à la route qui m’attend pour rejoindre les parcelles de café…

Nous passons la journée à collecter des données sur la mortalité des arbres plantés fin 2014. Je découvre les conditions de travail des techniciens de la FNC : le travail est réellement sportif, les plantations de café sont situées dans des zones montagneuses, escarpées, aux pentes vertigineuses de plus de 25 % (55°) de déclivité, la végétation est très dense, et il fait très chaud.

Le matin nous nous rendons au hameau de Ufugu où nous rencontrons Don Kenide, producteur de café responsable de la zone. Il nous offre à manger et nous nous installons dehors, sous la halle.

Don Kenide n’a que 45 ans mais son visage buriné témoigne d’une vie passée en plein air. Il a toujours vécu à Ufugu, il y est né, y a grandi avec ses 5 frères et sœurs, s’y est marié et y a eu une fille. Il m’annonce avec fierté que son petit-fils de 4 ans, Camillo, monte déjà seul à cheval et me confie qu’il espère le voir reprendre la « finca ». Continuer le travail d’une vie, de sa vie. Il m’explique comment son hameau a su évoluer et s’organiser pour améliorer la qualité de vie de ses habitants. D’une part, grâce à la FNC qui fut créée au début du XXe siècle et a permis aux familles de producteurs de café d’organiser collectivement la production et la vente du café. D’autre part, parce qu’à Ufugu les habitants sont très solidaires et ont su perpétuer la tradition précolombienne des « mingas », travaux collectifs réalisés pour le développement de la communauté. Ils ont ainsi créé de nouvelles voies d’accès à Ufugu, construit une école, un aqueduc, mais aussi planté des arbres sur les parcelles communautaires. Fruit de ce travail collectif, la quasi-totalité des fincas du hameau de Ufugu sont aujourd’hui certifiées AAA Nespresso Sustainable Quality, Rainforest et Fair Trade.

Don Kenide explique que le programme AAA de Nespresso a beaucoup influencé la qualité de vie des producteurs locaux, en permettant aux producteurs de vendre le café a un meilleur prix, tout en améliorant la gestion et l’organisation de leurs  fincas.

Pour Don Kenide, l’agroforesterie est une solution pour protéger la nature pour les générations futures, améliorer la qualité des sources d’eau, limiter l’érosion des sols mais aussi diversifier les revenus des producteurs qui dépendent majoritairement du cours du café.

Don Kenide est un élément précieux pour la diffusion des pratiques agroforestières, un leader local respecté. L’année dernière il a été élu représentant des producteurs pour les 8 hameaux de la commune de Rosas après avoir été le représentant de Ufugu pendant 4 ans. C’est un ardent défenseur des arbres. Sa femme, Mirevi Cabrera, est institutrice et a planté des arbres dans la cour de l’école pour sensibiliser les enfants à l’environnement. Je prends conscience de l’importance de ces leaders locaux, sans lesquels le projet ne pourrait pas fonctionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer