Fermer

Mode de vie prédateur

Extrait d’un texte de Tristan Lecomte paru dans Le Monde Economie, 11.12.2015

C’est l’heure des choix. Il est temps de retrouver à l’intérieur de nous la verticalité des résistants, d’opter pour la posture de désobéissance civile dans nos choix au quotidien. Refuser catégoriquement ce qui doit disparaître, boycotter les entreprises qui ne veulent pas changer radicalement de modèle, pour réintroduire de la valeur économique, sociale et environnementale au cœur de leurs filières. Et se lancer collectivement dans un véritable « régime climatique » : – 50 % d’empreinte climatique en 2016 par rapport à 2015 pour les pays riches, c’est l’effort que nous devrions tous consentir, par solidarité à l’égard des pays pauvres, ne serait-ce que parce que nous sommes nous-mêmes responsables de 50 % à 60 % des émissions de gaz à effet de serre au cours des cinquante dernières années.

OJOVv1yKDB8EcLLn0GKzoWC24b3_sAmNSgrxkLE4nsU,gsLoyw42Yg4ex511ldJIMN8Cg9X-daGnVunv6fh432E,V_UWKKEeCdvEA2II0rwOEY12cXgXhh47KP40smFdmOU,IiIw3wsl8DRo0XJwbzZrjYMWWq7skuW5yhSjYRYuJjQ

A chacun de nous de fixer cet objectif, pour se délester d’un mode de vie prédateur qui ne nous a pas rendus plus heureux. Cette posture de résistance va accélérer l’effondrement de ce qui doit mourir. Cela sera dommageable à court terme, mais au cœur de ce chaos va s’épanouir une nouvelle économie propre, locale et collaborative. Les modèles «pair à pair» peuvent faire émerger des systèmes sociaux qui articulent aussi bien les intérêts individuels que collectifs. Ils donnent la possibilité de remettre les notions de bien commun et de coopération au cœur des nouvelles aventures entrepreneuriales, et de sortir du mythe de l’excès et de l’hyperindividualisme.

WHcG4r35TKzp1knHyGfGAHnw8qMMGFOOQKLTt398cGQ,EwUt4SjLbRD7cIneHwE84FOcqkBfBMkcKTlOkimLs9I,xzcXsoEZvMlvlY-vJCHXD13qjHLzauh5Ac1mA5CE67I,w7kruKWg3R33m3Vb27zd7eQb3DSwPtfAblzvPi-GbjE

A nous d’apporter toute notre utopie pour que cette nouvelle équation, déjà réelle pour des millions de personnes dans leur vie quotidienne, crée un marché au service de la société civile.

Illustrations : projet Ethiopie

Crédits photographiques : PUR Projet / Christian Lamontagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer