Fermer

Sérendipité

« Réserve de Biosphère Gran Pajatén » : 2,4 millions d’hectares enregistrés à l’UNESCO

pajaten


Il y a des projets qui ressemblent à des contes de fées, Gran Pajatén en fait partie. Un projet lancé complètement par hasard, en 2007, dans le petit village perdu de Santa Rosa en Amazonie Péruvienne, lors d’une rencontre fortuite dans un champs de cacao agroforestier entre Tristan Lecomte, alors dirigeant d’Alter Eco, et Cécilia Larrea, une étudiante péruvienne qui calculait les stocks de carbone séquestrés par les modèles agroforestiers. Les producteurs de cacao la regardaient avec un œil amusé, sans imaginer que cette rencontre serait à l’origine de multiples projets de reforestation et de conservation forestière, à présent regroupés dans la Réserve de Biosphère UNESCO Gran Pajatén, déclarée en mai dernier, sur plus de 2,4 millions d’hectares.

À ce jour, les petits producteurs de café et cacao de la région ont déjà planté plus de 3 millions d’arbres en modèles agroforestiers et en plantations forestières, avec le soutien de PUR Projet et ses partenaires. Ils ont aussi pris en concession 400 000 hectares de forêt primaire (cela représente environ 200 millions d’arbres) pour la conservation de ce milieu, sur 40 ans, en partenariat avec le gouvernement péruvien et avec notre soutien.

Gran Pajatén comprend nos zones de projets ainsi qu’un parc national (Rio Abiseo) de 250 000 hectares, déjà classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses ressources naturelles et culturelles (ruines pré-Incas de GranPajatén, un site archéologique majeur, non-ouvert au public), et de multiples autres zones de conservation, d’activités agricoles et d’habitations.

unesco3

C’est une réussite exceptionnelle et aussi un énorme défi, car, pour de telles tailles de projets, nous devons réinventer les ambitions et modèles de financement du projet et trouver des leviers très puissants pour couvrir tous les besoins, à terme, de la zone.

Le gouvernement péruvien en premier lieu s’investit très fortement avec une vision territoriale socio-environnementale très ambitieuse pour ce projet et un programme de plantation de 40 millions d’arbres dans la zone sur plus de 44 000 hectares. Et PUR Projet travaille avec toutes les organisations locales (coopératives, associations, mairies, écoles, entreprises et producteurs indépendants), des ONG, des fonds d’impact finance et des institutions internationales, pour déployer les projets réalisés, à présent à une échelle régionale.

2,4 million d’hectares, cela correspond à la moitié d’une région française, ou deux à trois départements: nous rentrons dans l’ère de la gestion régionale des projets. Partis des champs de cacao, nous sommes passés à une gestion de projets au niveau des bassins versants avec le projet de conservation forestière Martin Sagrado, et à présent, à un dimensionnement régional des projets dans le cadre des politiques nationales et internationales pour le climat et la régénération globale des territoires, en priorité des territoires les plus dégradés. Cette zone était dédiée à la culture illicite de la coca jusque dans les années 1980 et est très déforestée. Il est temps (et urgent) de passer aux choses sérieuses…

Fermer