Fermer

Innover en créant des projets carbone locaux, avec les agriculteurs et forestiers français

Avec les engagements de neutralité climatique à horizon 2030 ou 2050, les projets de compensation carbone internationaux sont désormais bien connus des entreprises. Savez-vous qu’il est aussi possible d’investir dans des projets carbone en France ? C’est le Label Bas Carbone, créé en 2018 par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Ce cadre innovant permet de connecter plus fortement porteurs de projets, agriculteurs ou forestiers, avec les entreprises engagées dans une démarche de compensation volontaire de leurs émissions. 

Pourquoi on en parle ? Trois avantages majeurs du Label Bas Carbone : la possibilité d’identifier des financements en amont de la mise en place du projet sans attendre la reconnaissance des réductions d’émission, une rémunération directe et transparente du porteur de projet, un cadre de collaboration fort entre les parties prenantes. 

Découvrez dans cet article comment nous avons mis en place cette méthode avec un premier projet Label Bas Carbone validé en septembre 2020.

Notre premier projet en Label Bas Carbone, restauration d’une forêt incendiée en France

Convaincus de l’intérêt du Label Bas Carbone pour l’entreprise, mais aussi pour les territoires, les agriculteurs et les forestiers français, PUR Projet a mobilisé dès 2019 son équipe d’agronomes pour initier un projet. 

Nous accompagnons ainsi Oscar Cuillé à Saint-Gilles (Gard, 30) afin de reboiser une forêt dégradée après un incendie. 5100 arbres de 4 essences méditerranéennes sont plantés cet hiver pour recréer un couvert forestier diversifié. L’objectif est de créer un parcours bétail en sylvopastoralisme et de séquestrer un potentiel de 720 tCO2 sur 30 ans. Il s’agit donc d’un projet environnemental générant de multiples services écosystémiques et permettant une meilleure adaptation au changement climatique. 

Dans le Gard, notre équipe d’agronomes accompagne Oscar Cuillé à Saint-Gilles pour reboiser une forêt dégradée après un incendie
Claire Breit-Corbière, chargée de mission France, sur le terrain pour comprendre les besoins et solutions à la reforestation de la forêt

Avec le porteur de projet, notre équipe a établi un diagnostic de la parcelle et initié la rédaction du dossier Label Bas Carbone soumis au Ministère. Le dossier Label Bas Carbone consiste notamment à détailler le calcul du potentiel de séquestration carbone avec et sans projet sur la base de tables de calcul et de formules prenant en compte la diversité des essences et la spécificité du contexte. Un des enjeux dans ce calcul est de prendre en compte les risques de non-permanence de la forêt (ex: incendie) ainsi que de valoriser l’”additionnalité » du projet, c’est-à-dire le fait que le financement apporté par le crédit carbone est essentiel pour la mise en place du projet (ex: coûts opérationnels élevés ou absence de subventions publiques). Des visites terrain avant la plantation permettent d’affiner le projet et son entretien dans les 30 ans à venir.

Les 5 premières années d’un projet forestier sont les plus importantes pour mesurer la permanence du projet. Une fois le projet validé, nous accompagnons donc le porteur de projet dans la mise en place de la plantation à différents stades. Nous reviendrons en 2021 afin de vérifier l’avancement du projet, estimer la mortalité des arbres et si nécessaire aider le porteur de projet à améliorer certains aspects (ex: protection des plants, regarnis). Enfin, nous revenons sur la parcelle en 2026 avec un expert externe pour estimer la densité de la parcelle et valider les hypothèses de séquestration. C’est à cette date que les crédits carbone seront officiellement validés. 

Grâce à ce financement (entre 50€ et 70€/tCO2)Oscal Cuillé pourra entretenir la forêt au cours des 30 prochaines années, garantir la croissance des arbres et la séquestration du carbone à long terme.

De nombreuses entreprises s’engagent, des collaborations apparaissent au sein des filières agricoles

Le Label Bas Carbone permet la création d’une grande diversité de méthodes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et donc la mise en œuvre de projets agricoles très complets. Elles comprennent notamment la reconstitution de forêts, l’élevage bovin, l’agriculture, les haies et les vergers. Bien que le Label Bas Carbone soit encore relativement récent et que les questions restent nombreuses, la bonne nouvelle est qu’il engage une dynamique multi-acteurs. Nous travaillons ainsi avec d’autres experts tels que Carbocage pour la méthode Haies qui a été approuvée en novembre 2020 par le Ministère, sur la conception de projets avec Carbon Agri sur la méthode bovins, ainsi que sur le développement de la méthodologie agroforesterie.

L’objectif est d’aller au-delà de la simple compensation carbone, et de favoriser une transformation bas carbone des filières agricoles, dans l’esprit des projets d’Insetting (création de projet socio environnemental au sein de la chaîne d’approvisionnement) que nous opérons depuis 12 ans dans d’autres pays et que nous voulons développer en France avec nos partenaires.

 

Anne-Sophie Alibert

Après avoir travaillé 7 en tant dans le conseil en organisation et transformation digitale, Anne-Sophie a intégré On Purpose, un programme de reconversion dans l’Economie Sociale et Solidaire et a rejoint PUR Projet. Aujourd’hui, Anne-Sophie travaille avec les partenaires de PUR Projet. Son objectif, créer un maximum de connexions entre PUR Projet et d’autres organisations engagées pour le climat et l’agriculture afin de soutenir nos projets et mettre en valeur l’expertise de PUR Projet. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer